Directeur - Directrice, Conseil de gestion financière des premières nations

Interface de l’imprimante
Abonnez-vous au flux RSS
Portefeuille :
Relations Couronne-Autochtones
Titre du poste :
Directeur - Directrice
Type :
Temps partiel
Taux journalier :
475 $ - 550 $
Location :
À travers le Canada
Date d'examen des demandes de candidature :
Le 12 septembre 2022
Numéro de la possibilité de nomination :
J0622-1868

Le Conseil de gestion financière des Premières Nations est l’une des trois institutions établies en vertu de la Loi sur la gestion financière des premières nations (la Loi). La Loi est une législation facultative dirigée par les Premières Nations qui prévoit un cadre législatif et institutionnel pour l’exercice de leur compétence dans les domaines de la gestion financière et de l’imposition de taxes, ainsi qu’un mécanisme permettant aux Premières Nations d’avoir accès à du financement à long terme à des taux privilégiés au moyen de l’émission d’obligations sur les marchés financiers, à l’instar d’autres gouvernements au Canada.

Le Conseil de gestion financière des Premières Nations aide les Premières Nations à renforcer leurs régimes de gestion financière et assure la certification indépendante du rendement financier et des systèmes de gestion financière des Premières Nations. La certification par le Conseil de gestion financière des Premières Nations est nécessaire pour permettre à une Première Nation d’avoir accès au mécanisme d’emprunt commun au moyen des obligations émises par l’Administration financière des Premières nations. Le Conseil de gestion financière des Premières Nations joue un rôle déterminant pour ce qui est de renforcer la capacité et les fonctions de gouvernance de base des Premières Nations, d’assurer la crédibilité du mécanisme d’emprunt commun en vertu de la Loi, ainsi que de permettre aux Premières Nations de tirer parti des possibilités de développement économique. À titre d’institution à gouvernance partagée, le Conseil de gestion financière des Premières Nations n’est pas mandataire de la Couronne, mais doit rendre des comptes au ministre des Relations Couronne-Autochtones.

Le conseil d’administration est composé d’un minimum de neuf et d’un maximum de treize conseillers, dont un(e) président(e) et un(e) vice-président(e). Le/la vice-président(e) est nommé(e) par le conseil d’administration, parmi les membres de ce dernier. L’Association des agents financiers autochtones du Canada nomme un maximum de trois administrateurs.

Diversité et Langues officielles

Nous nous engageons à fournir un lieu de travail sain et accessible qui favorise la dignité, l’estime de soi et la capacité de réaliser son plein potentiel. Dans cette optique, toutes les personnes nommées devront prendre des mesures pour promouvoir et maintenir un milieu de travail sain, respectueux, inclusif et exempte de harcèlement.

Le gouvernement du Canada tiendra compte des compétences en anglais et/ou en français et de la diversité linguistique dans l’évaluation des postulants. Par conséquent, nous vous encourageons à indiquer dans votre profil en ligne votre compréhension et votre capacité à vous exprimer en anglais et/ou en français et dans tout autre langue tel que la langue autochtone.

Pour ces postes, une préférence sera accordée aux candidats Autochtones.

Afin que votre candidature soit prise en considération, assurez-vous que les renseignements fournis dans votre curriculum vitae et votre lettre de présentation démontrent clairement comment vous répondez à chacun des critères suivants :

Études et expérience


  • Diplôme d’une université reconnue, titre de comptable professionnel agréé (CPA) attestation de gestionnaire financier(ère) autochtone ou une combinaison acceptable d’études, de formation liée au poste et/ou d’expérience ;

  • Expérience de l’administration, de la gestion, du développement économique, de l’imposition de taxes, de la gestion foncière ou de négociations avec les gouvernements locaux ;

  • Expérience de travail auprès des collectivités des Premières Nations ;

  • Expérience en gestion financière, y compris dans un ou plusieurs des éléments suivants : production de rapports financiers, préparation d’états financiers, gestion des risques, élaboration et mise en œuvre de contrôles internes ou mesure du rendement financier ;

  • Sens manifeste des affaires, notamment la réalisation d’analyses de rentabilisation, ou une expérience de l’entrepreneuriat, ou la planification stratégique ou la technologie ;

  • Servir dans l’exercice des fonctions de membre ou de président(e) d’un conseil d’administration au sein d’un organisme du secteur public et/ou privé ou d’un conseil des Premières Nations sera considérée comme un atout ;

  • Gestion des ressources humaines sera considérée comme un atout ;

  • Fournir de la formation pour les titres professionnels comptables tels que CGA, CPA, CAFM et APAA sera considérée comme un atout ;

  • Technologie de l’information ou gestion de l’information sera considérée comme un atout ;

  • Innovation ou gestion du changement sera considérée comme un atout ;

  • Certification du respect des normes sera considérée comme un atout ; et

  • Travailler dans le milieu de la réglementation sera considérée comme un atout.

Si votre candidature est retenue pour un examen approfondi, les critères suivants seront évalués :

Connaissances, compétences et aptitudes


  • Connaissances des textes réglementaires, de l’élaboration de politiques et de la participation communautaire au sein du gouvernement fédéral, provincial, territorial, autochtone ou des administrations municipales ;

  • Connaissance de la Loi sur la gestion financière des premières nations ainsi que des autres lois connexes ;

  • Connaissance des structures, des processus et des systèmes financiers des Premières Nations ;

  • Connaissance du rôle et des responsabilités du conseil d’administration et du premier(ère) dirigeant(e) du CGFPN ;

  • Compréhension et connaissance solides de la bonne gouvernance ainsi que du comportement, des fonctions et des responsabilités des membres du conseil d’administration, ou consentir à entreprendre un programme d’apprentissage et de formation à cet égard ;

  • Excellente capacité de communiquer de vive voix et par écrit ;

  • Capacité de travailler en étroite collaboration avec les représentants des secteurs privé et public, ainsi qu’avec le public en partenariat avec des intervenants autochtones ; et

  • Capacité de manifester un ensemble de qualités et de qualifications généralement reconnues en matière de leadership (c.-à-d. responsabilisation, intégrité, tolérance, confiance, souci d’obtenir des résultats et capacité de prendre des décisions difficiles).

Exigences linguistiques

La maîtrise des deux langues officielles serait préférable.

Si votre candidature passe à l'étape suivant du processus, nous communiquerons avec vos références afin de valider que vous rencontrez les critères des sélection ci-haut mentionnés et que vous possédez les qualités personnelles suivantes:


  • Jugement sûr

  • Sens de l’éthique et intégrité personnelles supérieurs

  • Excellentes compétences interpersonnelles et interculturelles

  • Grande capacité d’analyse

  • Esprit de collaboration

Facteurs d’admissibilité et conditions d’emploi


  • Les personnes nommées doivent se conformer aux Lignes directrices en matière d’éthique et d’activités politiques à l’intention des titulaires de charge publique tout au long de leur mandat comme terme et condition d’emploi. Vous pouvez consulter ces lignes directrices sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil, sous « Formulaires et documents de référence ».

  • Toutes les personnes nommées seront assujetties à la Loi sur les conflits d'intérêts. De plus, les titulaires de charge publique nommés à temps plein doivent soumettre au Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique, dans les 60 jours qui suivent la date de leur nomination, un rapport confidentiel dans lequel ils déclarent leurs biens et exigibilités ainsi que leurs activités extérieures. Pour plus d’information, veuillez consulter le site Web du Commissariat aux conflits d’intérêts et à l’éthique.

  • Les personnes nommées devront respecter les normes de probité les plus élevées et démontrer des comportements en milieu de travail empreints de respect, d’égalité et de dignité envers toutes les personnes avec lesquelles elles interagissent au travail, en tout temps. « Le Code de valeurs et d’éthique du secteur public » décrit les valeurs et les comportements attendus des fonctionnaires incluant la valorisation de la diversité et la création d’environnements de travail exempts de harcèlement et de discrimination. Les personnes nommées par le gouverneur en conseil devront défendre et respecter ces valeurs et principes d’une manière positive et active.

  • Le conseil d’administration est composé de femmes et d’hommes, notamment de membres des Premières Nations – provenant de différentes régions du Canada – voués au développement de la gestion financière des Premières Nations et possédant une compétence ou une expérience propre à aider le Conseil à remplir sa mission (prévu par la Loi).

  • Vous devez être en mesure de consacrer jusqu’à 20 à 25 jours par année aux réunions du conseil d’administration, y compris les préparatifs et les déplacements, lorsqu’il est possible de le faire en toute sécurité.

  • Lorsqu’il est possible de le faire en toute sécurité, vous devez consentir à voyager au Canada pour assister aux réunions du conseil d’administration, dont au moins quatre réunions prévues de deux jours chacune.

Un lien à cette annonce paraîtra dans la Gazette du Canada afin de permettre au gouverneur en conseil de trouver des personnes qualifiées pour ce poste. Cependant, le recrutement ne se limite pas à cette seule façon de procéder.

Un bassin de candidats qualifiés pourrait être établi et utilisé pour des possibilités de nomination semblables.

Comment postuler

L'examen des demandes (informations supplémentaires ici) débutera le 12 septembre 2022. Les candidats devraient soumettre leur demande en ligne sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil. Nous encourageons fortement les candidats à présenter leur demande au plus tard à cette date. Les demandes soumises par la suite seront conservées et pourraient être examinées jusqu’à ce qu’il y ait nomination au poste. Votre lettre d’accompagnement doit être adressée à la Directrice adjointe des processus de sélection, Secrétariat du personnel supérieur, Bureau du Conseil privé, et devrait être envoyée par l’entremise de l’application en ligne seulement.

Des instructions sur la façon de présenter une demande de candidature pour une possibilité de nomination se retrouvent sur le site Web des nominations par le gouverneur en conseil.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :